En plus de « Goood Morning England! » déjà présenté ici (voir la news juste en dessous!), deux autres comédies anglaises sortiront le 6 mai 2009 sur les écrans français. Une performance à saluer! D’autant que ces trois comédies oeuvrent chacune dans un genre différent.

– « Un mariage de rêve »
Un film de Stephan Elliott Avec Jessica Biel, Ben Barnes, Kristin Scott Thomas

« Les années 20 avaient rugi… les années 30 devaient swinguer !
John Whittaker, jeune Anglais de bonne famille, tombe fou amoureux de Larita, superbe aventurière américaine. Il l’épouse sur le champ et la ramène dans le manoir de ses parents. Si Mr Whittaker n’est pas insensible au charme de sa belle-fille, l’allergie est instantanée chez Mrs Whittaker. La guerre des piques commence. Larita comprend vite qu’elle doit riposter si elle ne veut pas perdre John. Les étincelles fusent… jusqu’au jour où le passé secret de Larita est révélé à tous. Elle décide alors de frapper un dernier grand coup. »

On pourrait s’attendre au pire dans un genre très convenu mais la presse est globalement très positive :

les inrocks : « Manège explosif de piques verbales d’un sarcasme jubilatoire, qui doit beaucoup à son duo d’actrices, Easy virtue va au-delà du brillant pastiche de genre. »

FIlmactu : « Le miracle de la comédie britannique a encore frappé ! (Le film) repose sur un savant dosage entre la farce, la satire sociale et le drame familial pour délivrer un propos résolument moderne teinté d’un certain cynisme. « 

– « Toute l’histoire de mes échecs sexuels »

« Chris Waitt vient de se faire plaquer. Une fois de plus.
A 30 ans passé, sa vie n’est qu’une longue suite d’échecs sentimentaux et de déboires sexuels. Il est temps d’essayer de comprendre pourquoi. Plutôt que d’aller voir un psy, il décide d’aller rendre visite, caméra au poing, à toutes ses anciennes petites amies pour leur demander ce qui n’a pas fonctionné dans leur relation.
Il n’est pas au bout de ses surprises… »
Une visite tragico comique dans l’intimité de Chris Waitt dépressif suite à ses « 13 histoires sérieuses, 47 histoires mineures et 16425 pulsions sexuelles inassouvies jusqu’à ce jour »
Et que pense t il aujourd’hui de son film? «  »Le projet s’est avéré particulièrement douloureux et humiliant, pour à peu près tous ceux qui ont été impliqués »

« hilarant, pathétique, tragique, émouvant et bricolé » (inrockuptibles)

%d blogueurs aiment cette page :