Septième et avant dernier épisode d’un feuilleton culturel de France Culture sur les séries anglaises, celui-ci a pour thème ce qui aux yeux du GOS, revêt une importance capitale :
La société anglaise par l’absurde : l’humour à l’anglaise

Rupert, mascotte de H2G2 honnie par Douglas

En effet au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, le GOS, c’est avant tout pour se fendre la pêche, autour d’une tasse de thé ou entre deux parties de criquet si possible.
Le mercredi 25 août, je vous encourage donc, chers membres, admirateurs et idoles, à vous rendre ici à 19h tapantes : http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/sommaire/ . Puis à lancer la radio en direct, ou, si vous possédez l’une de ces étranges boîtes rectangulaires à ondes hertziennes, y chercher directement la susnommée radio. D’autant que, sachez-le, sera à l’honneur pour cette superbe émission notre maître à tous, le président fondateur du Grand Ordre de la Serviette, j’ai nommé : Nicolas Botti ! Qui sera présent en tant que journaliste indépendant spécialiste des séries anglaises et président de l’association.

Cette émission est une véritable aubaine pour ouvrir le monde à la culture hispano-bret… pardon, à la culture humoristique britannique. Alors faites le savoir autour de vous, et tendez l’oreille le Mercredi 25 !

Voici la présentation de l’événement :

mardi 25 août 2009
> Les Séries en Grande-Bretagne (7/8)
La société anglaise par l’absurde : l’humour à l’anglaise
Quand en 1969 les écrans britanniques relaient les frasques complètement absurdes de l’équipe de John Cleese, Colin Chapman, Eric Idle, Terry Gilliam et Michaël Palin dans leur Monty Python flying Circus , la télévision repousse d’un coup bon nombre de limite en matière d’humour cathodique. Certains en parlent encore aujourd’hui.

Qu’elle se présente sous la forme de suite de sketchs comme dans le cas des Monty Python ou plus récemment dans The Ligue of Gentlemen ou sous la forme de la sitcom comme dans Fawlty Towers de John Clesse, ou encore de séries à concept comme dans le cas de Peep-show, la télé fiction d’humour britannique pousse le bouchon très loin ce qui la différencie assez facilement de ses cousines américaines qui restent traditionnellement plus consensuelles.

Délirante, inventive, corrosive la comédie britannique peut aussi jouer la portraitiste subtile en dépeignant un monde contemporain réaliste mais impitoyable. Le meilleur exemple reste sans doute la description par Ricky Gervais du monde de l’entreprise dans The Office. Yes Minister ou The new stateman et leurs satires des mœurs politiques ou encore Spaced et son regard sur une jeunesse qui galère, font aussi partie de ces comédies qui s’amusent beaucoup des travers de la société britannique.

Les « guests stars » du soir :
– Renée Dickason, universitaire, professeur de civilisations anglaises à l’Université de Caen
– Nicolas Botti, journaliste indépendant et fondateur du Grand Ordre de la Serviette

%d blogueurs aiment cette page :